Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

REFORME DES RYTHMES SCOLAIRES : LES ENFANTS SACRIFIES

Publié le 17 Juin 2014 par Cherif C. KANZ

Malgré la déconfiture des municipales, le désaveu notoire du précédent ministre de l’éducation nationale, le rejet massif de la réforme des rythmes scolaires, Hamon s’obstine, contre le peuple et le bon sens à maintenir cette réforme infanticide.

  1. Hamon tour de mentir

Afin de masquer à ceux qui n’ont pas encore ouvert les yeux l’impopularité, l’absurdité (scolaire, financière…) de cette réforme, Hamon, comme son prédécesseur, aligne contre-vérités, généralités vagues et statistiques biaisées.

A l’écouter : « Toutes les évaluations attestent de l’échec du fonctionnement de la semaine de 4 jours » ; « tout le monde veut de cette réforme » ; « tous les spécialistes s’accordent sur le bienfondé de celle-ci». 1

Même mascarade que Peillon pour lequel on peut gager que loin des ministères et des responsabilités, il a trouvé un rythme qui lui convient mieux! A ce compte et si c’est pour ne rien dire, autant se taire et plutôt que le jeu de « chaise musicale », signalons que celui de la « chaise vide » couterait moins cher aux contribuables avec moins de dommages pour les enfants ! Enfin… Détaillons !

Les évaluations, pour commencer ! Hamon déplore le niveau de ceux qui effectuent la Journée Défense et Citoyenneté, comme Peillon s’alarmait des mauvais résultats des évaluations Pisa. Conclusion : Haro sur la semaine de 4 jours, donc : La réforme des rythmes scolaires.

S’il y a une leçon à tirer après avoir pris acte de ces mauvais résultats2, c’est bien de s’inquiéter du niveau de ces deux ministres puisque pour aucun des deux publics sondés, la semaine de 4 jours n’est en cause, n’ayant été généralisée dans le primaire qu’à partir de 2008. Bref, on voit bien que les citoyens qui effectuent la JDC (ils ont entre 17 et 25 ans) sont loin d’être concernés, quant à ceux qui ont subi les évaluations Pisa (à 15 ans) en 2012 (argument massif de Peillon), le fait est encore plus risible puisqu’il s’agit précisément de ceux qui sortaient du primaire quand la semaine de 4 jours y faisait son apparition !

Voilà donc un ministre qui, comme son successeur, nous mène en bateau ! Enfin, on ne se fait plus d’illusions, après tout, on commence à connaître la chanson : « Hamon bateau, oh oh oh.. »

  1. Parle Hamon cul, ma tête est malade.

« Tout le monde veut de cette réforme ». Benoit HAMON

« Contre un mauvais cheval, il n’y a pas de bonne raison ».

Cholem ALEISHEM

Le désaveu cinglant aux municipales démontre notamment le rejet massif de cette réforme3. Des opportunistes à la Copé ne s’y sont pas trompés, qui en ont fait un argument choc dans leur campagne. Bien sûr, ce n’est pas la seule raison de la déroute, pourtant cette réforme est emblématique pour impacter de façon anticonstitutionnelle les budgets comme l’organisation des communes (centres de loisirs, conservatoire, et différentes associations culturelles ou sportives…) Les maires y sont majoritairement hostiles ( moins de 20% des communes ont accepté de passer à la semaine de 4 jours et demi en 2013 c’est-à-dire quand elles pouvaient le refuser malgré la carotte appétissante qu’on leur promettait). Un maire vient néanmoins de trouver une solution originale pour financer le surcout de la réforme : Fermer l’école de musique de la ville ! 4

Par ailleurs, en dépit d’une propagande sans faille, les différents sondages réalisés dévoilent le rejet massif de cette réforme inutile et ruineuse. D’après BVA, en novembre 2013, près de sept Français sur dix (69 %) se disaient favorables à une annulation de la réforme des rythmes scolaires ou à son report5. Le dernier sondage en date (mai 2014) donne 90% de votants qui souhaitent « supprimer définitivement la réforme des rythmes scolaires »6.

Il faut aussi rendre hommage aux parents d’élèves qui se sont mobilisés très tôt et le sont encore, notamment au travers de la page facebook qui permet de se rendre compte en temps réel du fiasco de cette réforme dans les communes qui s’y sont engagées et de comprendre pourquoi un journaliste la qualifie de « Crash-test sur enfant ».7

Cette réforme se fait dans l’intérêt de l’enfant nous dit-on… Parmi les enseignants qui sont passés à la semaine de 4 jours et demi, 80% estiment que « les enfants sont globalement plus fatigués qu’avant »8. D’ailleurs, l’académie de médecine, attentive aux études sérieuses qui avaient été menées, a toujours milité pour préserver la pause du mercredi et plutôt opter pour revenir au samedi matin9. Même les chronobiologistes les moins obtus, idiots utiles d’une réforme qui s’est faite sur le dos des enfants, sortent aujourd’hui de leur longue hibernation10… Où est donc « l'intérêt des enfants » dont ce sont tant gargarisés Peillon et Hamon (avant de cracher dans les orties) à persister contre vents et marrées dans le choix du mercredi? Enfin, ce 5 mai, le nouveau décret de Hamon a été rejeté très massivement (le texte a recueilli trois voix en sa faveur, trente et un suffrages hostiles et vingt-sept abstentions) par le Conseil Supérieur de l’Education11.

Bref : Intérêt de l’enfant, écoute de la volonté de la majorité (démocratie) pas davantage que les avis des spécialistes ne sont pas les mots-clefs de cette réforme !

  1. En Hamon, de belles paroles mais le reniement en aval.

A l’occasion des primaires socialistes en 2011, Hamon a sorti un ouvrage dans lequel il fustige « la gauche sociale-démocrate qui se résigne à la rigueur quand elle ne la professe pas elle-même ». « La dette est illégitime », y ajoute-t-il encore. Quant à « l’équilibre des comptes à court terme : c’est une bêtise » !

Merci à Patrick Cohen de lui avoir rappelé opportunément ces beaux discours… De là, deux réactions sur le plateau. La première est celle d’un chroniqueur qui avec autant d’humour que de rigueur demande au ministre si, dans l’hypothèse où il aurait été député, il se serait abstenu (rejoignant les socialistes frondeurs) plutôt que de voter le plan Valls… L’embarras d’un Hamon bafouillant est alors savoureux…

La seconde réaction à la lecture de son ouvrage est bien entendu la sienne. Il répond en ministre de l’éducation et donc ne répond pas sur l’orientation sociale-libérale, reprenant plutôt la sempiternelle rengaine des 60000 postes créés dans l’éducation. Toutefois, peu de temps avant il évoquait le haut niveau de formation des enseignants et l’exigence inflexible qui conduit à maintenir la barre assez haute quitte à ne pas pourvoir la totalité des postes disponibles… Foutaises ! (Je vous réserve pour la suite la moyenne générale exigée pour devenir professeur des écoles dans certaines académies et ne livre ici qu’un indice : <05/20).

Que comprendre de ce baratin ? Avons-nous des classes sans enseignant ? Non, rassurez-vous, parents… Pour pallier les manques et absences l’éducation nationale préfère embaucher des contractuels (qui n’ont pas le concours et n’ont pas reçu de formation) afin notamment de ne pas les rémunérer pendant les vacances et de les maintenir ainsi dans une situation précaire… Certes, ça on le dit moins… Mais on devrait bien pouvoir débusquer un imbécile qui vous expliquera, études à l’appui, que « c’est dans l’intérêt de l’enfant »…

  1. Ah, mon bon Monsieur… C’est bien beau tout ça, mais que faire ?

Cette réforme est une mauvaise réforme qui n’aidera pas vos enfants et n’améliorera pas le niveau des écoliers français. Cela ne signifie pas pour autant qu’il ne faille pas réformer l’éducation. D’ailleurs, nombre d’enseignants en signalent l’urgence.

Pour savoir quelles mesures prendre, on peut partir d’un article de Jean-Remy Gaillard qui énonce cinq propositions phares : 1- Revenir sur la réforme des rythmes scolaires, 2-Revaloriser le métier de professeur, 3-Former les personnels et non les déformer, 4-Mettre la transmission des savoirs disciplinaires au centre, 5-Restaurer l'autorité12.

Notes en marge de cet article :

-En effet, le métier d’enseignant n’attire aujourd’hui plus les foules et on le comprend. Résultat : A l’académie de Créteil, les derniers recrutés au concours le sont avec une moyenne de 4,17/2013. Est-ce vraiment ce que l’on souhaite pour les enfants ?

-« Mettre l’accent sur les disciplines » et « restaurer l’autorité » est loin d’être une mince affaire… Cela impliquerait notamment de revenir sur pas mal de postulats de la pédagogie moderne qui minent l’éducation depuis un bon nombre d’années maintenant, à commencer par l’escroquerie de la pédagogie du projet.

Quant à ceux qui ne jurent que par Saint Pisa, qu’ils se donnent donc la peine de lire sinon le rapport14, du moins le classement en entier plutôt que de se lamenter platement que la France ait perdu deux places comme on pleure sur un bourrin boiteux ! Puis qu’ils se demandent ensuite sérieusement si nous voulons que notre pays ressemble au peloton de tête de Pisa dont le grand champion est la Chine (qui revient quatre fois sur les six premiers avec Shanghai, Hong Kong, Taipei chinois et Macao).

La Chine, nouveau modèle scolaire et éducatif donc ! Allons-y… Vaille que vaille, jetons donc un oeil : « Le but affiché de la Chine est d’offrir une scolarité obligatoire durant neuf ans à chaque enfant. Pourtant, chaque année, des milliers d’enfants abandonnent l’école (…) A noter que près de deux tiers des enfants non scolarisés en Chine sont des filles. Sur l’ensemble de la population analphabète, 70 % sont des femmes (…) Les statistiques démontrent que la délinquance juvénile a tendance à augmenter en Chine (…) Les conditions de détention des mineurs sont critiquées par les ONG actives dans ce domaine, car les jeunes sont souvent détenus dans les mêmes prisons que les adultes, sans séparation aucune, contrairement à ce qui est prévu dans la CIDE. » Etc… Je laisse à ceux qui le souhaitent soin de poursuivre cette lecture.15

Mais, tous ensemble: Parents, enseignants, maires, députés ou simplement citoyens, combattons cette réforme de toutes nos forces. Car les enfants méritent que nous les défendions : Ne les laissons pas, à la faveur d’une curieuse homonymie, sacrifier au Moloch de cette réforme !

1 Les propos de Hamon que je cite dans cet article sont extraits de son intervention du 7 mai sur France inter et de l’échange qui s’ensuit :

http://www.franceinter.fr/emission-le-79-benoit-hamon-la-reforme-scolaire-cest-dans-linteret-de-lenfant

2 Pour savoir ce qu’évalue réellement Pisa et les enseignements à en retenir:

http://www.neoprofs.org/t69236-pisa-la-faute-a-l-ecole-ou-aux-familles-chronique-de-luc-ferry

3 Une gifle aux municipales puis, devant l’entêtement du gouvernement à ignorer le peuple, un bourre pif aux européennes. Relativement à notre sujet le résultat aux européennes est d’ailleurs doublement éloquent : Rejet du parti socialiste et de ses réformes stupides mais aussi déconvenue personnelle pour Vincent Peillon, ministre sortant (ou plutôt sorti) qui, avec 12,2%, réalise, pour notre plus grand plaisir, dans le sud-est le plus mauvais score du PS à l’échelle nationale !!!

4http://dordogne-contre-reforme-rythmes-scolaires.com/revoltante-consequence-de-la-reforme/

5 http://www.bva.fr/fr/sondages/questions_d_actu_bva-cqfd/reforme_des_rythmes_scolaires.html

6http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/05/01/01016-20140501QCMWWW00188-faut-il-definitivement-supprimer-la-reforme-des-rythmes-scolaires.php

7 https://www.facebook.com/CONTRE.LA.REFORME.SCOLAIRE?fref=ts

S’agissant des conséquences désastreuses de la réforme on peut lire l’article d’une enseignante à paris :

http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/periscolaire-a-paris-l-anti-ecole-152585

8http://www.sudouest.fr/2013/11/12/reforme-des-rythmes-scolaires-premier-bilan-syndical-1226422-4344.php

9 http://www.santelog.com/news/sante-de-l-enfant/rythmes-scolaires-l-academie-de-medecine-favorable-a-l-ecole-le-samedi-matin_10004.htm

10 A l’image Claire Leconte qui « rejette en bloc les décrets Peillon et Hamon, deux textes qui « rigidifient » selon elle, les temps scolaires ». Hubert Montagner déplore pour sa part qu’on s’éloigne « de l'intérêt des enfants, souvent considérés comme des pions que l'on déplace sur des échiquiers politiques et économiques ». http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/05/05/rythmes-scolaires-pour-les-chronobiologistes-l-interet-de-l-enfant-ne-doit-pas-etre-perdu-de-vue_4411509_3224.html

11 http://www.lemonde.fr/education/article/2014/05/05/rythmes-scolaires-la-communaute-educative-rejette-le-nouveau-decret_4411807_1473685.html

12 http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/04/02/31003-20140402ARTFIG00295-5-mesures-pour-que-benoit-hamon-redresse-l-ecole.php

13 http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/13/france-peut-devenir-prof-ecoles-41720-moyenne-252109

14 http://www.oecd.org/pisa/keyfindings/pisa-2012-results-overview-FR.pdf

15 http://www.humanium.org/fr/chine/

Commenter cet article